Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 08:54

 

Nous mettons le présent site sous la protection de la Vierge Marie, l’Immaculée Conception, la Reine des Cieux et des Anges, pour la plus grande gloire de la Très Sainte Trinité, notre Père céleste, son fils Unique Jésus-Christ  et le Saint-Esprit qui en procède éternellement, et pour le salut des âmes (cf. Genèse, II, 15 ; Isaïe, VII, 14 ; Mat., I, 23 ; Apo., XII, 1-2, 17 ; le Credo ou le Symbole de Nicée, en 325). Avec le Credo de Nicée, nous faisons également nôtre la pérennité du Règne social de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur toute la création.

 

Si nous nous égarons, que notre Père céleste nous vienne en aide et se hâte de nous secourir (a), car, sans le divin secours de son Esprit Saint, il n’est rien de bon en l’homme, rien  en lui qui soit pur, et, pour cela, nous méritons l’enfer (b) !

a) Cf. la Xe Conférence de S. Jean Cassien avec l’abbé Isaac : « DE LA PRIÈRE » ;

b) Cf. la fête de la Pentecôte : « VENI SANCTE SPIRITUS ».

 

La vertu divine par excellence : la CONFIANCE EN DIEU.

 

Jérémie, XVII, 5 : Ainsi parle Dieu : Maudit soit l'homme qui se confie en l'homme !

 

Psaumes 90 (Vulgate), 1-2 : Celui qui s'abrite sous la protection du Très-Haut repose à l'ombre du Tout-Puissant. Il dit au Seigneur : " Vous êtes mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ".

 

En conséquence, demandons à notre Père céleste, au nom de Jésus Christ son Fils Notre Seigneur et par son Esprit Saint, de nous donner la grâce de toujours nous confier en Lui.

 

- - - - - -

 

Pour aller à l’union à Dieu ou entrer dans la voie mystique :

 

Dire continuellement un AVE jusqu’à la mort [grâce à toujours réclamer à Dieu].

 

- - - - - -

 

Épître aux Galates, IV, 4-7 :

 

Mais lorsque est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, formé d’une femme, né sous la Loi, afin de nous conférer l’adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans votre cœur l’Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, tu es fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier, grâce à Dieu.

 

- - - - - -

 

Nos adresses électroniques :

 

Thomiste12@orange.fr

 

thomiste@wanadoo.fr

 

 

Notons que notre blog est parsemé d’appels à la publicité en mettant en majuscules certains de nos mots. Ce procédé déshonore leurs utilisateurs qui mériteraient d’être poursuivis en justice. 

 

 

  • Le Seigneur Jésus dit bien à son Père céleste (cf. S. Luc, X, 22 ; S. Matthieu, XI, 27) : « Tout m’a été remis et nul ne sait  qui est le Fils si ce n’est le Père, ni qui est le Père, ni qui est le Père si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler, disant « Je suis la Voie, la Vérité » (c’est-à-dire id quod est en latin ou « ce qui est ») et la Vie (cf. S. Irénée de Lyon, « Contre les hérésies », Livre I, 20, 3 ; Livre III, Le Christ est homme et Dieu, 19, 2). Cette révélation du Seigneur prouve incontestablement aux gens sensés que l’Islam n’est que l’œuvre du Dragon ou l’antique Serpent, le Diable, Satan. Le Coran lui-même nie catégoriquement la divinité du Christ.

 

Coran (traduction du Dr Salah ed-Dine Kechrid), chap. V, Le festin, verset 73, p. 102 :

 

« Ont effectivement renié ceux qui ont dit : "Dieu est le troisième de trois". Et il n'est de Dieu qu'un Dieu unique. S'ils ne mettent pas fin à leurs dires, un supplice douloureux touchera très certainement ceux d'entre eux qui auront renié. » [Les chrétiens en croyant au mystère de la Très Sainte Trinité sont donc voués aux supplices de l'enfer éternel. - Cf. S. Irénée de Lyon, " Contre les hérésies ", III, 18, 6 et 7.]

 

Le Coran et l'apologie de la chair et du monde

 

Cf. ch. LXXVIII, La Nouvelle, verset 33 (des jeunes filles aux seins juvéniles) ; ch. LXXVI, L'Homme, verset 19 (des adolescents à la jeunesse éternelle) ; ch. LII, Le Mont Tor, verset 20 (des houris ou des épouses aux yeux grands et beaux) : L'antithèse de la théologie mystique de l'Eglise catholique traditionnelle (cf. S. Jean de la Croix, Docteur mystique, Vie et Oeuvres).

 

l'origine satanique de la fête d' Halloween, cliquez sur Google http://www.info-sectes.org/haloween.htm.

 

- - - - - - - - - - - -

 

À  M É D I T E R

 

S. Paul aux Galates (1) nous signale qu’ « il y a des gens qui vous troublent et qui veulent pervertir l’Évangile du Christ », en nous précisant bien qu’ils sont excommuniés. De quelle façon cela peut-il se produire ? Il est évident que celui qui avoue son union avec une personne infidèle au dépôt de la foi catholique traditionnelle participe de son infidélité et encourt le même châtiment ou anathème. Dieu est un Dieu jaloux (2). Il est notre souverain Bien, le principe et la fin de toutes choses (3). Il aime sa créature pour Lui et non pour elle qui doit L’aimer pour Lui. Cet amour de la créature pour elle se nomme philanthropie ou l’amour de l’homme pour homme et conduit à la perte de notre âme qui est ainsi vouée à la privation éternelle de notre vue de Dieu. En vérité, - question de bon sens, - l’homme se damne ainsi lui-même ! Qu’il se convertisse et fasse pénitence, et mette sa vie en ordre avec son épouse (s’il est marié) et sa progéniture (s’il en a) ! Il n’y pas d’autre moyen de salut (4). 

 

1) Cf. Galates, 1, 7-8 ;

2) Cf. Exode, XX, 5 ;

3) Cf. S. Thomas d’Aquin, Somme théologique, Ire Partie, qu. 6, art. 2 et 4 : Question de S. Thomas d’Aquin : « Dieu est-il souverain Bien ? » - S. Matthieu, XIX, 17 : Le Christ, le Verbe de Dieu : « Pourquoi m’interroges-tu ? Dieu seul est bon » ; I S. Jean, 1 : 5 et 4 : 8 : Dieu est Lumière et Dieu est Amour ; S. Thomas d’Aquin : « tout ce qui est désiré présente le caractère de bien », « Celui qui est le premier principe exemplaire, efficient et final de toute bonté »; La vie du monde à venir, c'est-à-dire la vie éternelle, conformément au Credo ou au Symbole de Nicée.

4) Cf. S. Matthieu, VII, 13-14, Jésus, le Verbe de Dieu : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite ; car la porte est large et la voie spacieuse la route qui mène à la perdition et nombreux ceux qui s’engagent. Combien étroite est la porte, et resserrée la route qui conduit à la vie ; et il en est peu qui la trouvent ! » Fuyons la chair et le monde en utilisant les Exercices spirituels de Loyola. Puissions-nous dire avec S. Paul : " Je meurs chaque jour (I Cor., 15 :31) ", c'est-à-dire à tout et à soi-même. - Cf. S. Jean de la Croix, Cantique spirituel, Strophe XXI : " ... alors on dit qu'elle (l'âme) s'est véritablement gagnée à Dieu parce qu'elle s'est vraiment perdue à tout ce qui n'est point Dieu et à tout ce qui est en elle : " ... porque de veras se ha perdido a todo lo que  no es Dios y a lo que es en si ". (cf. I Corinthiens, XV, 30 : " Chaque jour je meurs : Quotidie morior."

Cela étant précisé et considérant que nous sommes parvenus au temps de l'Antéchrist indiqué par l'Apôtre Paul (cf. II Thess. 2, 3-4), nous devons nous préparer à la grande moisson spirituelle (cf. S. Luc, 17, 34-36 ; S. Matthieu, 24, 40-41 ; 13, 36-43).

 

    - - - - - - - - - - - -

 

 

La vérité étant ce qui est, aucun argument ne prévaut, d’où la formule latine : « Contra factum non valet argumentum » : Contre un fait ne prévaut aucun argument ».

 

Œuvres du cardinal Pie, Évêque de Poitiers, tome I, 1872, p. 117 :

 

Affirmer est facile ; prouver l’est beaucoup moins ; mais comme l’évidence n’existera jamais contre un fait, nous nous retranchons dans la certitude du fait (l’être), et nous nous armons d’un adage philosophique qu’aucune critique ne peut récuser : c’est que « de l’existence d’un fait à sa possibilité, la conclusion est rigoureuse » : Ab actu ad posse valet consecutio.

 

Pour servir à l’histoire réelle de LA SALETTE, Documents II, NEL, 1964, Sur l’Entymème de Descates, p. 185 :

 

Au bas de la statut (de Descartes, à Tours) on lit le célèbre Entymème du Philosophe : Ego Cogito, Ergo Existo. Il conclut de sa pensée à son existence : je pense donc je suis. Comme il ne prouve pas son antécédent, la conséquence qu’il en tire n’a pas plus de valeur que lui ; sa démonstration n’est pas rigoureuse ; il pose en principe ce qui est en question ; c’est pour cela qu’un philosophe d’un déplorable souvenir a dit de lui qu’en élevant l’échafaudage de son système philosophique, le grand homme a posé dans l’air la première pierre de son édifice.

 

Ce monde a perdu son échelle des valeurs entre la vérité et l’erreur au point de ne plus mériter notre considération. L’Apôtre saint Paul l’avait déjà admirablement prophétisé au chapitre II de sa IIe Épître aux Thessaloniciens des versets 9 à 12 [il faut le lire !]

 

Sur Google en faisant un copier coller avec https://www.youtube.com/watch?v=44vzMNG2fZc#t=14.

 

Saint Irénée, « Contre les hérésies », Livre V, IIIe partie, 1. L’Antéchrist, 25, 2 :

 

25, 2. … selon ce que dit aussi le Seigneur : « […] Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en pas eu depuis le commencement du monde et qu’il n’y en aura plus (S. Matthieu, XXIV, 21). »

 

- - - - - - - - - - -

 

Exorcisme

contre Satan et les Anges révoltés

Publié par ordre de Léon XIII, Pape (Traduction I)

 

Très glorieux Prince des armées célestes, saint Michel archange, défendez-nous dans le combat, contre les principautés et les puissances, contre les chefs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs (Éph. VI, 12). Venez en aide aux hommes que Dieu a faits à son image et à sa ressemblance, et rachetés à si haut prix de la tyrannie du démon (Sag. Il 23; Cor. VI 20). C'est vous que la sainte Église vénère comme son gardien et son protecteur ; vous à qui le Seigneur a confié les âmes rachetées, pour les introduire dans la céleste félicité. Conjurez le Dieu de paix qu'il écrase Satan sous nos pieds afin de lui enlever tout pouvoir de retenir encore les hommes captifs et de nuire à l'Église. Présentez au Très-Haut nos prières, afin que, bien vite, descendent sur nous les miséricordes du Seigneur; et saisissez vous-même l'antique serpent qui n'est autre que le diable ou Satan, pour le précipiter enchaîné dans les abîmes, en sorte qu'il ne puisse plus jamais séduire les nations (Apoc., XX, 2-3).

 

(1) Cette prière composée pour mettre le démon en fuite, peut préserver de grands maux la famille et la société et si, en particulier, elle est récitée avec ferveur, même par les simples fidèles. On s’en servira, spécialement dans les cas où l’on peut supposer une action du démon, soit par des tentations, des maladies [et des maux de toutes sortes que l’on prépare dans les ténèbres].

 

- - - - - - - - - - - -

 

Conseil pour savoir agir surnaturellement

 

Prière du coeur,

inspirée du Saint Esprit, notre

Défenseur et Consolateur (Cf. S. Jean, 14 : 16), pour

être éternellement épargné des peines de l'enfer :

 

" Que ce soit là ma consolation de n'être point

épargné dans les douleurs dont Dieu

m'afflige, " - pour sauver mon âme !

Amen. Alléluia. "

 

JOB (Vulgate), VI, 9-10 : 9 et qui (Deus) coepit ipse me conterat solvat manum suam et succidat me ; 10 et haec mihi sit consolatio ut adfligens me dolore non parcat nec contradicam sermonibus Sancti : " Que celui (Dieu) qui a commencé me brise lui-même, et qu'il m'achève ; et qu'il donne libre cours à sa main ? Et que j'ai cette consolation, que, tandis que m'afligeant par la douleur, il ne m'épargne point, je ne contredise pas les paroles du Saint ? " On retrouve bien dans cette citation de Job, par la méthode Crombette, cette prière du coeur. S. Augustin disait souvent ces paroles : " Seigneur, brûlez, coupez, ne m'épargnez point ici-bas, afin de m'épargner dans l'éternité (S. Marc, IX, 43 et 45 : manchot et borgne). "

 

- - - - - - - - - - - -

 

IIe Ép. à Timothée, III, 16-17 :

 

« Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice : c’est ainsi l’homme de Dieu se trouve-t-il accompli, équipé pour toute bonne œuvre. » (Cf. S. Luc, XXIV, 4

 

Ne pas juger afin de ne pas l'être

 

S. Matthieu, VI, 1-3 : Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés ; car de la façon dont vous jugez, vous serez jugés, et on se servira envers vous de la mesure dont vous vous servez.)

 

- - - - - -

 

Le pardon des offenses dans le Notre Père

 

Moyennement la grâce de notre Père céleste, l’auteur de ces lignes demande à son prochain d’être pardonné de ses offenses comme il lui pardonne en retour les siennes.

 

Ire Épître de saint Paul aux Thessaloniciens, IV, 3 et 7 :

 

 « Car la volonté de Dieu, c’est votre sanctification, c’est que vous vous absteniez de la fornication ; [… ] Car Dieu ne vous a point appelés à l’impureté, mais à la sanctification (cf. également Ézéchiel, 18 : 32). »

 

- - - - - -

 

UNE RÉVÉLATION CAPITALE DE JÉSUS-CHRIST :

 

S. Matthieu, V, 8 : « Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu »,

autrement dit : « Malheureux les cœurs impurs, parce qu’ils ne Le verront point,

 c’est-à-dire qu’ils seront damnés

(cf. S. Matthieu, XIX, 12, -

célibat et eunuques).

 

En notre temps de grande apostasie, bien des femmes,

par leur tenue indécente,  corrompent les cœurs

de ceux qui les regardent complaisamment et

qui perdent ainsi inéluctablement leur âme.

 

S. Matt., V, 28 : " Et moi (Jésus), je vous dis que

quiconque regarde une femme avec convoitise,

a déja commis avec elle l'adultère

dans son coeur.".

 

Mourir à l'impureté pour voir Dieu (cf. S. Mat., V, 8).

 

- - - - - -

 

Dieu est un Dieu jaloux :

 

Saint François de Sales, Docteur de l'Église, le Docteur de l'Amour (Pie IX), l'aigle de douceur et l'apôtre du Chablais, Traité de l'Amour de Dieu, livre XI, chap. II [ne confondons surtout pas charité, vertu morale théologale ou divine, et philanthropie, vertu purement humaine] :

« Que l'amour sacré rend les vertus excellemment plus agréables à Dieu qu'elles ne le sont par leur propre nature » et XI : « Comme les actions humaines sont sans valeur lorsqu'elles sont faites sans le divin amour » (Psaumes, Vg. 126 : 1 : « Si ce  n'est pas Dieu qui bâtit la cité, c'est en vain que travaillent ceux qui la construisent »).

 

Id., Ibid., Livre X, chapitre XIII : Comme Dieu est jaloux de nous :

 

Dieu dit ainsi ; Je suis le Seigneur ton Dieu, fort, jaloux (Exode, XX, 5 ; XXXIV, 14) ; Le Seigneur a pour son nom, jaloux (cf. S. Matthieu, VI, 24).

 

- - - - - -

 

L’IMPOSTURE FLAGRANTE DE LUTHER, LE PÈRE DU PROTESTANTISME :

 

Saint Alphonse de Liguori, alphonse_les_verites_de_la_foi.pdf, IIIe Partie, Fausseté de la religion prétendue réformée (cf. S. Matthieu, XVIII, 17 : « Ainsi, tous ceux qui seront hors de cette arche de salut seront à jamais perdus » (p. 318 des vérités de la foi). Luther a rejeté de l’Ancien Testament Tobie, Judith, la Sagesse, l’Ecclésiaste, les Macchabées et Baruch ; et du Nouveau Testament, l’Épître aux Hébreux et celles de saint Jacques et de saint Jude, et l’Apocalypse de saint Jean (cf. p. 396, § 11). Que nous faut-il de plus pour être convaincus de l’imposture de Luther, le Père du protestantisme ?

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_verite_de_la_foi_rendue_evidente.pdf

 

Saint Alphonse de Liguori, né le 27 septembre 1696 en Italie et décédé le 1er août 1787, évêque de Nocera, fondateur des Rédemptoristes, confesseur et Docteur de l’Église.

 

Ceux qui refusent d’adhérer aux prophéties des divines Écritures remettent en cause l’authenticité du christianisme originel que les deux très glorieux apôtres Pierre et Paul fondèrent et établirent à Rome et que le Christ Jésus, le Fils unique de Dieu, avait choisis.

Ceux-là sont des apostats et, à moins de se convertir à la vraie religion et de dirent la vérité à leurs enfants et à leurs amis (a), ils n’échapperont pas aux flammes éternelles de l’enfer.

 

a) Cf. S. Marc, XVI 16 : S. Jean, III, 36 ; Épître aux Éphésiens, IV, 25 ; IIe Épître aux Thessaloniciens, II, 8-9.

 

- - - - - - - - - - - -

 

Maria Valtorta,

Hors de l’Église traditionnelle

Notons bien que le CESHE a rejoint cette hérésie

et n’est donc plus catholique

 

Cliquez sur : http://foicatholique.me/le-demon-action-et-signe/faux-signes-et-merveilles/maria-valtorta-le-poeme-de-lhomme-dieu/

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

Psaumes, XIII (Vulg.), 2, et LII, 2 : L’insensé dit dans son cœur :

« Il n’y a pas de Dieu ! » :

 

La bêtise de l’athéisme a été magistralement prouvée par saint Irénée de Lyon, au IIe siècle, dans son traité « Contre les hérésies », puis repris et développée au XVIIIe siècle par saint Alphonse de Liguori, dans  son livre fort volumineux « Les vérités de la foi », - véritable réquisitoire peu connu de ce monde présentement en état d’apostasie. Nous ne pouvons que déplorer ceux qui ont préféré l’abrutissement de l’école laïque d’obédience ouvertement maçonnique. Puissent-il en venir à résipiscence ! Encore faut ajouter que les établissements privés ou prétendument catholiques doivent se conformer aux études officielles, c'est-à-dire à des ouvrages choisis par la secte maçonnique et qu’on y perd également la foi. Les dés sont manifestement pipés. La neutralité est un masque.

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_les_verites_de_la_foi.pdf

 

- - - - - - - - - - - -

 

Celui qui refuse obstinément de considérer les arguments de S. Irénée qui réfute magistralement dans son « Traité contre les hérésies » « les connaissants au nom menteur » montre son incapacité de remonter à Dieu à partir des choses créées et de donner ainsi au monde ou au cosmos toute sa raison d’être en se rendant semblable aux bêtes de somme (cf. le Psaume 48 la Vulgate, verset 21).

 

Aussi sera-t-il justement frappé d'exclusion, puisque, créé raisonnable, il a rejeté la droite raison pour mener une vie de brute, se détournant de la justice de Dieu, se livrant à tout esprit terrestre et se faisant l'esclave de toutes les voluptés (d). Comme le dit le prophète : « L'homme, alors qu'il était comblé d'honneur, se rendit semblable aux bêtes de somme (e). »

 

d) Cf. S. Tite, 3 : 3 ;

e) Psaumes, 48 : 21.

 

Retour à la page principale :

 

http://thomiste12.over-blog.com/pour-parvenir-%C3%A0-une-r%C3%A9surrection-de-vie-cf.-s.-jean-v-25-28-29 et voir les « les vérités de la foi » de S. Alphonse de Liguori.

 

Voir sur Google :

 

https://www.google.fr/#q=alphonse+les_verites_de_la_foi.pdf

 

- - - - - - - - - - - -

 

La monstruosité des « Juifs de la synagogue de Satan (Ap., I, 9) »

 

Ces Juifs menteurs avec leur Talmud insensé rejettent Adam et Ève, nos premiers parents, que « Dieu fit à son image, selon sa ressemblance (Genèse, 1, 26) », et nient manifestement la parole de Dieu que le premier livre de la Bible, la Genèse, révèle, encourant ainsi l’anathème de Dieu. Espérons qu’ils en viennent à se convertir à la vraie religion et à sauver leur âme (cf. Ézéchiel, 18, 22). Notons bien également que selon le Zohar (II, 64b), à l’exemple de la folie satanique d’Hitler, « le taux de naissance des chrétiens (cf. Makkoth, 7b) doit être diminué matériellement » (cf. http://www.contre-info.com/talmud-un-best-of

et

 http://pekeles.over-blog.com/pages/EXTRAITS_DU_TALMUD_LES_LOIS_CONTRE_LES_NONJUIFS-1747613.html ).

 

- - - - - - - - - - - -

 

Colloque marial 2006 de Lyon

 

Cette exégèse circonstanciée de la décision romaine est la seule qui rende intelligible la décision. Elle amène deux conclusions. La première, c’est que Montfort semble bel et bien réfractaire, en soi, à la doctrine du Concile Vatican II. Quel signe d’orthodoxie catholique plus élogieux pourrait-on réclamer pour saint Louis-Marie quand il s’agit de lui attribuer le titre de Docteur de l’Église catholique ? La deuxième, c’est que le refus du titre de Docteur de l’Église à Montfort du 2 août 2001, n’est qu’un refus temporaire et circonstancié. Voici donc un fait nouveau dans l’histoire de l’Église qui permet de garder l’espérance de voir attribuer à Montfort le titre prestigieux de Docteur de l’Église : pour la première fois Rome aura parlé et la cause n’aura pas été terminée, pour la simple et bonne raison que, si la Rome néo-moderniste s’est exprimée, la Rome éternelle ne s’est pas encore prononcée.

 

- - - - - - - - - - - -

 

Le temps de l'Antéchrist et les deux témoins :

 

Apocalypse, XI, 3-4 :

 

« Je ferai prophétiser mes deux témoins (Hénoch et Élie), revêtus de sacs, pendant 1 260 jours : ce sont les Deux Oliviers et les deux candélabres dressés devant le Seigneur de la terre. » (S. Thomas d’Aquin, S. th., Ire P., qu. 102, art. 2, diff. et sol. 3 : « Mais depuis le péché, le Paradis n’est pas le lieu de l’habitation des hommes. […] D’ailleurs, comme il est dit (en S. Augustin), Hénoch et Élie habitent maintenant dans ce Paradis. »)

 

 

L’Ecclésiastique (Vulgate), XLIV, 16 :

 

« Hénoch a été agréable à Dieu et il a été transporté : il est destiné à prêcher la conversion aux nations. » (Cf. S. Irénée, « Contre les hérésies », IV, 16, 2 ; V, 1.)

 

ID., XLVIII, 1, 9-10 :

 

« Ensuite se leva Élie, prophète semblable au feu, et sa parole était enflammée comme un flambeau. […] toi qui fus transporté dans un tourbillon de flamme, dans un char aux chevaux de feu, toi qui as été désigné dans de sévères écrits pour des temps à venir, afin d’apaiser la colère avant qu’elle s’enflamme, ramener vers l’enfant le cœur du père, et rétablir les tribus d’Israël. » [Cf. Malachie, III, 5-6 ; Sophonie, II, 1-2 ; III, 8 ; et Joël, IV, 1-2.] 

 

Saint Matthieu, XVII, 10-11 :

 

« Les disciples demandèrent à Jésus : “ Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Elie doit venir d’abord ” ? Jésus répondit : “Élie vient et il va tout restaurer.” »

 

- - - - - - - - - - - -

 

Une confirmation qui arrive à point nommé sur internet

en cliquant sur Google.fr (texte en PDF) :

 

L'étrange pontificat du pape François.- Novus Watch

 

et consulter également sur youtube internet :

 

" illuminati : La face cachée du Vatican "

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

Le Psaume 90 de la Vulgate nous donne la clé des derniers temps :

(vers la fin de l'article)

 

http://thomiste12.over-blog.com/pour-parvenir-%C3%A0-une-r%C3%A9surrection-de-vie-cf.-s.-jean-v-25-28-29

 

- - - - - - - - - - - -

 

Les OVNIS ? – Des manœuvres diaboliques.

 

- - - - - - - - - - - -

 

LES ACTUALITÉS EN DIRECT SUR INTERNET :

 

http://www.france24.com/fr/

 

- - - - - - - - - - - -

 

Le rejet universel de la morale catholique a sonné le glas du monde !

 

- - - - - - - - - - - -

 

Saint Jean, XV, 24 :

 

« Si je n’avais pas fait parmi eux les œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient point de péchés ; mais maintenant, et ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père. »

 

- - - - - - - - - - - -

 

Tout Pape légitime est toujours inclus dans le Canon de la Messe et un Pape apostat inclus dans le Canon annule la prétendue Messe et entraîne ipso facto l’hérésie et la damnation de ceux ou de celles qui y participent.

 

Catéchisme du Concile de Trente : Prières pendant la Messe :

 

CANON :

 

Nous vous conjurons, au nom de Jésus Christ, votre Fils et Notre Seigneur, ô Père infiniment miséricordieux ! d’avoir pour agréable et de bénir l’Offrande que nous Vous présentons, afin qu’Il vous plaise de conserver, de défendre et de gouverner votre Ste Église Catholique avec tous les membres qui la composent, le Pape, notre Évêque, et généralement tous ceux qui font profession de votre sainte Foi.

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

Le vrai saint Denys de l’Aréopage (cf. Actes, XVII, 34)

 

 

Pour répondre aux articles manifestement orientés et de parti pris de Wikipédia au sujet de saint Denys de l’Aréopage (ses affinités avec la franc-maçonnerie en sont d'ailleurs la preuve formelle) :

 

Qu’en est-il de saint Denys de l’Aréopage ?

 

R. P. Dom Prosper Guéranger, abbé de Solesme, L’Année liturgique, volume V, Le IX octobre, Saint Denys, Évêque et Martyr et les SS. Rustique et Éleuthère, Martyrs, pp. 461, 462 et 467, Librairie Religieuse Oudin, Paris – Poitiers, 1903 (notons que ce fut finalement dom Guéranger qui restaura la Messe dans sa pureté et les chants liturgiques au cours du XIXe siècle - restauration qui fut achevée par St Pie X) :

« Annoncé par Brigitte [Ste Brigittte de Suède, 1302-1373], la voyante du Nord (a), Denys paraît comme le flambeau le plus brillant de cette constellation des mystiques sacrés qui illumine le Cycle à son déclin des premières lueurs de l’union éternelle [cité sept fois par le Catéchisme du Concile de Trente]. […] Or donc, initiateur incomparable, Denys préside aujourd’hui l’assemblée fidèle. […] Rome cependant va nous dire comment, venu d’Athènes en nos régions, le révélateur des célestes hiérarchies féconda de son  sang généreux la semence répandue par lui dans la future capitale du pays des Francs. Riche de son très saint corps, l’humble bourgade devenue Saint-Denys en France l’emporta longtemps sur Lutèce, sa voisine, en renommée. »

a) ID., Ibid., Le VIII octobre, Sainte Brigitte, Veuve, pp. 456-457:

 

En prélude au récit liturgique de l'Eglise, rappelons que Brigitte s'envola vers la vraie patrie le 23 juillet 1373 ; le VIII octobre est l'anniversaire  du jour  où pour la première fois, au lendemain de la canonisation, la Messe de sainte Brigitte fut célébrée par Boniface IX (1). Martin V confirma depuis les actes de Boniface IX en son honneur ; il approuva comme lui ses Révélations ; vivement attaquées aux conciles de Constance et de Bâle, elles n'en sortirent que mieux recommandées à la piété des fidèles . On connaît également les indulgences précieuses attachées au chapelet qui porte le nom de la Sainte ; par la faveur du Siège apostolique, elles sont fréquemment appliquées de nos jours aux chapelets ordinaires; mais il est bon de rappeler que le vrai chapelet de sainte Brigitte se composait pour elle de soixante-trois Ave Maria, sept Pater et sept Credo, en l'honneur des années présumées de Notre-Dame ici-bas, de ses allégresses et de ses douleurs. C'est cette même pensée d'honorer Marie qui lui fit déférer la supériorité à l'Abbesse, dans les monastères doubles de son Ordre du Sauveur.

 

- - - - - -

 

Il convient également signaler que l’on détient le manuscrit intact de L’Amour de la Sagesse éternelle de St Louis-Marie Grignion de Montfort dont l’écriture révèle immédiatement la main de son auteur. En réalité, cet ouvrage a été rejeté parce qu’il n’est pas en accord avec les textes du pseudo Concile Vatican II manifestement opposés aux Écritures et à la Tradition de la véritable Église de Jésus-Christ, - ce que tout un chacun de bonne volonté peut constater.

 

La preuve formelle de ce que nous avançons

(cf. en fin d'article : " Il existe donc une

décision romaine du 2 août 2001

qui refuse ... ") :

 

http://laportelatine.org/confreries/marierei/bibliotheque_marie_reine/Montfort_docteur_mediation%20_universelle_de_Marie.pdf

 

- - - - - -

 

La résurrection des justes :

 

S. Luc, XIV, 14 :

 

« … car cela te sera rendu à la résurrection des justes » - et non à la résurrection universelle ou de tous les morts (a).

a) Cf. Apocalypse, XX, 5-6, 12, 14.

 

L’enlèvement des justes, à la fin des temps :

 

Saint Irénée, en plein accord avec l’Écriture, soutient le juste jugement de Dieu contre Satan et tous ceux qui participeront à son apostasie que l'Antéchrist récapitule intégralement (a).

a) Cf. Saint Irénée de Lyon, « Contre les hérésies », Livre V, 27, 1 ; 25, 1 ; S. Matthieu, X, 10 ; S. Luc, XVII, 34-35 ; S. Matthieu, XXIV, 40-41 ; S. Luc, XIV, 14.

 

De deux hommes étendus sur un même lit, l'un sera enlevé et laissé ; et de deux femmes occupées à moudre ensemble, l'une sera enlevée et l'autre laissée. - Cf. S. Luc, XIV, 14 ; XVII, 34-35 ; S. Matthieu, XXIV, 40-41.

 

Un sermon manifestement eschatologique :

 

Sermon eschatologique : Isaïe, LXV, 17, 20 : « Car voici que je crée de nouveaux cieux et une nouvelle terre … », « Il n’y aura plus d’enfant né pour peu de jours, ni de vieillard qui n’accomplisse pas le nombre de ses jours ; car ce sera mourir jeune que de mourir centenaire … » (Il est absolument logique que cette période de temps ne se passe pas aux quatre premiers siècles de l’Église, mais, en toute certitude, au sixième millénaire.)

 

- - - - - -

 

Les données de la Foi – S. Irénée de Lyon

(Cité par le « Catéchisme du Concile de Trente »,

Caractères propres de l’Église. Unité et note 2)

 

http://thomiste12.over-blog.com/2015/07/les-donnees-de-la-foi-s-irenee-de-lyon.html

 

- - - - - -

 

Nos considérations et implications sur l’âme humaine suivies

des derniers temps avec l'Antéchrist qui ne saurait tarder :

 

CONSIDÉRATIONS ET IMPLICATIONS SUR L’ÂME HUMAINE

 

- - - - - - - - - - - -

 

Monastère de la Très Sainte Famille

La Secte Vatican II démasquée

Le Monde arrive-t-il à sa Fin ? L’Apocalypse

 

La Foi • Secte Vatican II démasquée

 

(Ce Site, bien qu’il nous communique d’excellentes informations doctrinales, mais qui néglige néanmoins le traité « Contre les hérésies » de S. Irénée, justifie de notre part de sérieuses réserves au sujet des derniers temps (cf. le Catéchisme du Concile de Trente sur l’Unité, le premier caractère propre de l’Église et la citation de S. Irénée, du Livre III de son traité « Contre les hérésies » et de sa Lettre relative à « La prédication des Apôtres et ses preuves ou la foi chrétienne ».)

 

 

 

« Puisque tous les dieux des païens, des démons » : « Quoniam  omnes dii gentium dæmonia » (Psaumes, Vulg., 95 : 5 ; S. Irénée, « Contre les hérésies », Livre III, 6, 3 ; 12, 6).

 

 

L'EXODE, L'EFFONDREMENT DE L'ATLANTIDE ET LE VOYAGE DES ARGONAUTES :

 

Les conclusions que l’on peut tirer du voyage des Argonautes

Pour la plus grande gloire de Dieu et le salut du monde.

 

http://ceshe.chez.com/publications/publications.htm

 

http://ceshe.chez.com/crombette/travaux.htm

 

Au sujet de la philosophie thomiste, CESHE, Fernand Crombette, cf. la « Synthèse préhistorique et esquisses assyriologiques », réf. 2. 26, tome I, page 269.

 

Id, Ibid., p. 260 : « … saint Irénée, qui se révèle ici autrement profond que saint Thomas (cf. S. Irénée, « Contre les hérésies », Livre I, 22, 1 : 3. La règle de vérité).

 

La résurrection des justes

 

Fernand Crombette, cf. « La révélation de la Révélation », réf. 2002/01/2.42, tome I, page 9 :

 

« Dans son Épître aux Romains, saint Paul écrit (VIII, 19-20 ; cf. également S. Luc, XIV, 14) : “ Or, la création attend avec espoir la Révélation des fils de Dieu, parce qu’elle est assujettie à la vanité ”. Ce texte est généralement interprété en ce sens que la Nature, ayant été frappée par Dieu à cause des péchés des hommes, peut s’attendre à recouvrer son intégrité première à la résurrection des justes. »

 

Id., Ibid., p. 183 :

 

« La chronologie biblique existe donc bien ; elle est en parfait accord avec les faits et avec celles des autres nations bien interprétées, car ces dernières ont besoin de l’être ; on en faisait trop facilement des années avec des jours Elle donne au Livre Saint un caractère historique rigoureux ; elle authentifie l’Écriture Sacrée. ; elle est déjà une preuve de la vérité de la Révélation : si les faits sont exactement datés, il y a de grandes chances pour qu’ils soient exactement relatés même s’ils sont d’ordre surnaturel. »

 

Fernand Crombette (dont tous les manuscrits sont signés : « un catholique français »), « Joseph, Maître du monde et Maître Ès-Sciences », réf. 2.37, page 28 ; cf. Genèse (Vulgate), 41 : 45 ; 49 : 26 ; Ézéchiel, 28 : 25-26 ; 37 : 12-14 ; Jérémie, 16 : 14-15 ; 23 : 7-8 ; S. Irénée de Lyon, « Contre les hérésies », Livre V, 34, 1.

 

Une œuvre qui nous laisse pantois et

qui ne souffre aucune contradiction :

 

Fernand Crombette, « La révélation de la Révélation », tome II, réf. 2.43. ― Au sujet de la grande apostasie que nous sommes en train de vivre et de la fin des temps avec l’avènement de l’Antéchrist et la réapparition d’Hénoch et d’Élie, consultons les pages 144-145 et 28 (en ce qui concerne le sixième millénaire ou le millénium avec la première incarcération du diable, Satan).

 

Que savons-nous de la Création ?

 

Fernand Crombette réfute magistralement les astronomes qui refusent de rapporter leur « Science » à Dieu, la Cause première, et se mettent ainsi au service du diable et Satan, en se réclamant de l’autorité d’Einstein qui est très largement cité et dont « le cerveau, et non pas les horloges, est déréglé », constate l’auteur à la page 203 de son livre « Galilée avait-il tort ou raison ? » (cf. également la « Révélation de la Révélation », Tome I, les pages 198-201, 254 [Genèse, I, 14-15]).

 

Fernand Crombette, « La Révélation de la Révélation », Tome I, pages 245-246, Psaume 73 : 12 (Vulgate), traduction par le copte :

 

En texte coordonné : Celui qu’Ehélohidjm a constitué pour régir les extrémités de la Terre, qu’il a engendré avant de [Le] par la Parole au commencement, a opéré le salut de l’espèce humaine, élevé en croix en otage dans l’axe de la surface de la Terre.

 

Or, nous avons vu que la Terre est au centre de gravité du système solaire ; d’autre part la généralités des astronomes est d’avis que le système solaire est pratiquement au foyer de la Galaxie. Dès lors, le point où Notre Seigneur Jésus-Christ a été crucifié pour nous étant au centre de la Terre, du système stellaire, est véritablement le point central de l’univers, le centre de tout le système astronomique. Que les athées se voilent la face et s’arrachent les cheveux, la véritable astronomie n’est pas seulement géocentrique, anthropocentrique, mais christocentrique. Et n’est-ce pas logique, puisque le Christ, Verbe de Dieu, est le Créateur du monde ? Cette traduction confirme la sublime découverte archéologique de Ron Wyatt à laquelle nous vous renvoyons ci-dessous. 

 

- - - - - -

 

Les Cahiers du Ceshe, L’ETHER, « Agent universel des forces de la Nature et constituant substantiel », Yves NOURRISSAT, X-61 (École polytechnique), Réf. : 7.03, page 85 : ANNEXE VI, LES LIMITES DE LA MÉCANIQUE RATIONNELLE :

 

Les sciences peuvent se constituer de façon autonome selon les critères de l’observation et la raison, mais elles n’échappent pas en dernier ressort à la théologie comme l’avait bien expliqué S. Thomas d’Aquin pour qui cette discipline étant la science de Dieu, Créateur et Maître de l’Univers, contient toutes les autres sciences.

 

La mécanique rationnelle qui n’est pas une science d’observation, mais une science mathématique fondée sur un principe artificiel ne peut donc, par son principe même, atteindre la réalité, et sa radicale autonomie par rapport à la théologie la condamne à n’être qu’une approche humaine sujette à caution et laissant place au mystère de la nature, de sa matière et de ses mouvements [cf. S. Luc, 24 : 25-27, 32, 45].

 

- - - - - -

 

Recherches archéologiques de Ron Wyatt qui

confirment les données de la Bible :

 

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://wyattmuseum.com/&prev=search

 

Ron Wyatt fait analyser le sang séché de Jésus :

 

http://www.dailymotion.com/video/x4mjmk_sang-seche-de-jesus-decouverte-alla_people

 

 

Les Pères apostoliques, le Pasteur d’Hermas :

 

 

http://fdier02140.free.fr/PeresAposto.pdf

 

Justin : Dialogue de Saint Julien avec le Juif Tryphon.

 

 

LES HÉRÉSIES JEAN-PAUL II/KAROL JOZEF WOJTYLA (VII/I). - Le Présent éternel

 

 

La Révolution liturgique – Une Nouvelle Messe :

 

La Foi • Secte Vatican II démasquée

 

 

Les 24 thèses thomistes :

 

 

LES XXIV THÈSES THOMISTES - Le Présent éternel

 

 

La logique :

 

L’ORGANON D’ARISTOTE OU LOGIQUE - Le Présent éternel

 

 

La philosophie scolastique (« philosophia perennis ») :

 

Le Présent éternel (1/7) - Le Présent éternel

 

 

Contre la thèse de Cassiciacum de Mgr Guérard des Lauriers :

 

CONTRE LA THÈSE DE CASSICIACUM DE MGR GUÉRARD DES LAURIERS (I) - Le Présent éternel

 

 

Guérard des Lauriers et sa théorie absurde de Cassacium 2 (ou de Cassiciacum) :

 

http://www.la-foi.fr/doctrine/faux_tradis.aspx

 

La Politique :

 

LA POLITIQUE (1/14) - Le Présent éternel

 

 

De Dieu viennent tous les biens et tous les maux :

 

Ô DIEU, QUE VOTRE VOLONTÉ SOIT FAITE ! (1/3 ) - Le Présent éternel (§ 8)

 

Dieu, notre Père céleste, et son Fils unique, Jésus-Christ, d’abord !

 

À moins de se convertir, un prétendu catholique ne peut absolument pas donner ses voix à une république qui se réclame des principes maçonniques sans encourir les peines éternelles de l’enfer (cf. l’encyclique « Humanum Genus » de Léon XIII, Pape ; et également l'encyclique « Quanta cura » ainsi que le « Syllabus » du Pape Pie IX).

 

 

Les mathématiques modernes et les extravagances du naturalisme absolu :

 

LES MATHÉMATIQUES MODERNES - Le Présent éternel

 

L’origine de la franc-maçonnerie :

 

LA « FORCE MYSTÉRIEUSE » : L’ORIGINE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (1/19). - Le Présent éternel

 

La franc-maçonnerie : secte pernicieuse illégitime :

 

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/06/02/27308507.html

 

Le prétendu Pape François et ses éloges dithyrambiques

du Rotary-Club ou de la Franc-Maçonnerie :

 

http://gloria.tv/?media=428085&language=MnVpcnQGQh7

 

 

La nature de l’âme  (cf. S. Luc, XII, 4, 20) :

 

L'ÂME HUMAINE (1/3) - Le Présent éternel

 

 

L’acte d’être :

 

L'ACTE D'ÊTRE OU D'EXISTER (1/2) - Le Présent éternel

 

 

La structure de l'âme :

 

LA STRUCTURE DE L’ÂME ET L’EXPÉRIENCE MYSTIQUE (I) - Le Présent éternel

 

 

La réincarnation :

 

 

SAINT IRÉNÉE DE LYON : LA PRÉTENDUE RÉINCARNATION. - Le Présent éternel

 

Cf. Dom Guéranger, L’année liturgique, le vendredi de la Passion : Les sept Douleurs de la Bienheureuse Vierge Marie. Cliquez sur :

 

PASSION VENDREDI

 

La fête des sept Douleurs de la Bienheureuse Vierge Marie. Cliquez sur :

 

N-D des DOULEURS

 

La dévotion à Notre-Dame est essentielle. Priez le rosaire

 

La Foi • Vie de Prières

 

 

La Salette :

 

LE SECRET DE LA SALETTE (1/2) - Le Présent éternel

 

- - - - -

 

Que l’Église soit éclipsée signifie qu’aucune Église ne se voit plus et que celles qui se voient sont toutes fausses.

 

Cf. IIe Ép. aux Thessaloniciens, II, 3, 9-12, 17 ; Apocalypse, XVII, 9, 12-14 ; XIII, 11-14 ; S. Luc, XVII, 34-35.

 

À BIEN RETENIR AFIN DE NE PAS SOMBRER DANS LA GRANDE APOSTASIE

 

(Cf. S. Irénée de Lyon, IIe siècle, « Contre les hérésies », 1. L’ANTÉCHRIST, l , Livre V, 25, 1.)

 

RÉVÉLATION CAPITALE DE LA VIERGE MARIE SUR LE TEMPS DE L’ANTÉCHRIST 

 

Secret de LA SALETTE, 18 septembre 1846 : L’Église sera éclipsée – Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist – Plus de Pape – Plus de Consécration des Saintes Espèces du pain et du vinPlus de sacerdoceLa foi seule vivra.

 

Les fondements scripturaires du culte marial ou d’hyperdulie :

 

FONDEMENTS SCRIPTURAIRES DU CULTE MARIAL. - 1 - Le Présent éternel

 

- - - - -

 

L’image miraculeuse de Guadalupe :

 

recits_des_apparitions_de_notre_dame_de_guadalupe

 

 Le septième millénaire :

 

LE SEPTIÈME MILLÉNAIRE, LE ROYAUME DES JUSTES, SELON SAINT IRÉNÉE. - Le Présent éternel

 

 

La volonté de Dieu (S. Alphonse de Liguori) :

 

Ô DIEU, QUE VOTRE VOLONTÉ SOIT FAITE ! (1/3 ) - Le Présent éternel

 

- - - - - -

 

Sur la Volonté de Dieu avec Ste Marie Madeleine de Pazzi et S. Alphonse de Liguori, consultez le site :

 

http://voiemystique.free.fr/madeleine_de_pazzi_index.htm

 

- - - - - -

 

Douleurs, épreuves et nombreux miracles de S. Alphonse de Liguori : 

 

DOULEURS, ÉPREUVES ET NOMBREUX MIRACLES DE S. ALPHONSE DE LIGUORI (2/3). - Le Présent éternel

 

Devant Dieu, que nul ne prenne le risque de critiquer saint Alphonse de Liguori !

Pour en comprendre la raison, nous vous prions de lire et de méditer l’histoire de sa vie que l’on trouve sur internet en cliquant sur :

 

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Ligori/vie.html

 

 

et sur :

 

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_histoire_des_heresies_01.pdf

 

Saint Alphonse de Liguori, Docteur de l’Eglise, 18e siècle : « Maintenant, il est de fide que les hommes sont également sauvés par le Baptême de désir, conformément au Canon Apostolicam « de presbytero non baptizato » et au Concile de Trente, session 6, chapitre 4, où l’on y mentionne que nul ne peut être sauvé « sans le bain de la régénération ou le désir de celui-ci ». » (Theologia Moralis, t. VI, 95. 7)

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_traite_contre_les_heretiques_protestants.pdf

 

- - - - -

 

Pour sauver son âme : les preuves irréfutables des aberrations doctrinales et morales de Luther :

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_les_verites_de_la_foi.pdf

 

Cf. IIIe et dernière partie, pages 318-339.  

 

- - - - -

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_verite_de_la_foi_rendue_evidente.pdf

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_reflexions_sur_la_verite_de_la_revelation.pdf

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_traite_contre_les_heretiques_protestants.pdf

 

http://jesusmarie.free.fr/alphonse_dissertation_contre_les_erreurs_des_incredules.pdf

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Ligori/vie.html 

 

- - - - -

 

Nos ultimes conclusions :

 

NOS ULTIMES CONCLUSIONS TIRÉES DE L’ÉCRITURE AU SUJET DE LA FIN DES TEMPS (1/2) - Le Présent éternel

 

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

POUR PARVENIR À UNE RÉSURRECTION DE VIE (CF. S. JEAN, V, 25, 28-29)

 

G L O I R E  A U  PÈRE  E T  A U  F I L S  E T  À  L’ E S P R I T  S A I N T  !

 

 

Saint Matthieu, XVII, 5 (cf. S. Luc, IX, 35 ; S. Marc, IX, 7) :

 

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je me suis complu : ÉCOUTEZ-LE. »

 

S. Jean, IV, 34 :

 

« Jésus leur dit : ̏ Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. ̋ »

 

Épître de l’apôtre S. Paul aux Colossiens, III, 2 :

 

« Songez aux choses d’en-haut et non à celles de la terre. »

 

Épître de l’apôtre S. Paul aux Philippiens, III, 18-21 :

 

« Car il est est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix du Christ : je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore avec larmes. Leur fin, c’est la perdition, eux qui font leur Dieu de leur ventre, et mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, n’ayant de goût que pour les choses de la terre. Pour nous, notre cité est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera notre corps si misérable, en le rendant semblable à son corps glorieux, par sa vertu puissante qui lui assujettit toutes choses. »

 

Épître de l’apôtre S. Paul aux Éphésiens, IV, 25 :

 

« Dès lors, plus de mensonge : que chacun dise la vérité à son prochain (Zacharie, VIII, 16) ; ne sommes-nous pas membres les uns des autres ? »

 

Saint Matthieu, XXIV, 35 :

 

Jésus : « … mes paroles ne passeront point. » ― Cf. La Foi • La Bible prouve les enseignements de l’Église catholique.

 

Ibid., XVI, 18-19 :

 

« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette Pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » (Cf. S. Irénée, IIe siècle, La Tradition apostolique de l’Église, Livre III, 3, 1 à 4.)

 

Notre note :

 

Il suffit de consulter toutes les citations des Écritures auxquelles se réfère constamment saint Irénée pour conclure que ses arguments jouissent d’une infaillibilité identique à celles-ci que notre Père céleste a transmises avec l’Évangile et que soit ainsi établi jusqu’au jugement dernier le fondement et la colonne de notre foi (a) « pour rendre à chacun son œuvre » (b) en rattachant le Nouveau Testament à l’Ancien par son Fils unique (c).

a) Cf. I Timothée, III, 15 ;

b) Apocalypse, I, 1 ; XX, 12-15 ; XXII, 12 ;

c) Cf. S. Luc, XXIV, 44-49 ; III, 22 ; IX, 35 ; X, 22 ; S. Matthieu, XI, 27.

 

Nécessité du Baptême pour entrer dans le royaume de Dieu :

 

S. Jean, III, 5 (cf. également S. Marc, XVI, 15-16)  :

 

Jésus répondit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, à moins de naître d’eau et du Saint Esprit, nul ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » : « Nisi enim quis renatus fuerit ex aqua et Spiritu Sancto, non poteste introire in regnum Dei (a). — A.S. (« Que soit  anathème » celui qui dément cette parole).

 

  1. Cf. Denziger, PAULUS III 1534-1549, Conc. TRID. (oec. XIX) 1545-1563, (Sess.V) Decretum super peccato originali, nos 790 et 791. S. ZOSIMUS 417-418 [Conc. MILEVITANUM II 416, ab INNOCENTIO I] et Conc. CARTHAGINENSE (XVI) 418, a ZOSIMO approbatum (contra Pelagianos), De peccato originali et gratia, Can 2.

 

S. Jean, I, 29 :

 

S. Jean-Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui ôte le péché du monde. »

 

Ire Ép. de S. Jean, I, 8-10 :

 

« Si nous disons que nous sommes sans péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous le faisons un menteur, et sa parole n’est point en nous. »

 

S. Marc, XVI, 15-16 :

 

Et Jésus leur dit : « Allez par le monde entier prêcher l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné. » - Formule du Baptême : cliquez sur : Formule du Baptême • La Foi (Ces paroles du Christ ou du Verbe incarné sont absolument opposées à la Déclaration Nostra Ætate du Concile Vatican II, l’œuvre du grand Dragon, le Serpent antique, appelé le Diable et Satan, qui donne puissance à la Bête ou à l’Antéchrist, le lion (cf. Apocalypse, XII, 9 ; XIII, 2 : lat. leo, onis, et verset  4). ― Psaumes (Vulg.), XCV, 5 : « Quoniam omnes dii gentium dæmonia : Dominus autem cœlos fecit » : « Parce que tous les dieux sont des démons : mais le Seigneur a fait les cieux » (cf. S. Irénée, « Contre les hérésies », Livre III, 6, 3 ; 12, 6).

 

S. Matthieu, XXVIII, 18-20 :

 

Et Jésus, s’étant approché, leur parla en ces termes : « Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc enseigner toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai commandé. Et voici que je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation du siècle. »

 

 S. Irénée (135/140 – 202/203), évêque de Lyon, martyr, « Contre les hérésies », III, 17, 2 :

 

« Car nos corps, par le bain (a) du baptême, ont reçu l’incorruptibilité, tandis que nos âmes l’ont reçue par l’Esprit (b). C’est pourquoi l’un et l’autre sont nécessaires, puisque l’un et l’autre contribuent à donner la vie de Dieu. »

 

a) Cf. Éphésiens, V, 26 ; Tite, III, 5 ;

b) S. Jean, III, 5.

 

Imaginons que Jésus ait dit : « En vérité, en vérité, je vous le dit, celui qui désire être baptisé sera sauvé ». Quelle catastrophe ! Il n’y aura plus grand monde à se faire baptiser : on attendra !

 

Catéchisme du Saint Concile de Trente, Chapitre XVIe, Suite du Sacrement de Baptême, § I, Nécessité du Baptême :

 

Ce que nous avons dit jusqu’ici de ce Sacrement est très utile à connaître pour les Fidèles. Mais ce qu’il est absolument nécessaire de ne pas leur laisser ignorer, c’est que Notre Seigneur a fait a tous les hommes une loi de se faire baptiser, loi si rigoureuse que ceux qui ne seraient pas régénérés en Dieu par la grâce de ce Sacrement, ne viendraient au monde que pour leur malheur et leur perte éternelle, que leurs parents d’ailleurs fussent chrétiens ou païens. C’est pourquoi les Pasteurs ne sauraient expliquer trop souvent ces paroles de l’Évangile [de Jésus] (1) : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un ne renaît de l’eau et de l’Esprit-Saint, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu ». - Cf. le cas des catéchumènes.

1) S. Jean, 3 : 5.

 

Ibid., Continuation du même sujet :

 

« Malgré cela l’Église n’est pas dans l’usage de donner le Baptême aux adultes aussitôt après leur conversion. Elle veut au contraire qu’on le diffère un certain temps. Ce retard n’entraîne point pour eux les dangers qui menacent les enfants, ainsi que nous l’avons dit plus haut. Comme ils ont l’usage de la raison, le désir et la résolution de recevoir le Baptême, joints au repentir de leurs péchés, suffiraient pour arriver à la grâce et à la justification, si quelque accident soudain les empêchaient de se purifier dans les Fonts salutaires. » 

 

Ibid., IIe Partie, Des Sacrements, Chapitre XXIe, § II, De la Pénitence, considérée comme Sacrement :

 

En second lieu, personne ne peut obtenir le salut que par Jésus Christ, et par les mérites de sa Passion. Il était donc très convenable en soi, et très utile pour nous qu’il y eût un Sacrement qui ferait couler sur nos âmes le Sang de Jésus Christ ; un Sacrement qui par sa vertu et son efficacité serait capable d’effacer tous les péchés commis après le Baptême [qui a effacé la tâche du péché originel], et nous obligerait à reconnaître  que c’est à notre divin Sauveur, et à Lui seul, que nous devons le bienfait de notre réconciliation.

 

Cf. « La Sainte de la Patrie », en 2 vol., Mgr Touchet, Évêque d’Orléans, Éd. Lethielleux, Paris, 1921 : Preuve de la validité du baptême d’un enfant décédé à l’âge de trois jours et revenu à la vie (le 3 mars 1431).

 

Épître de S. Paul, apôtre, aux Galates, I, 8 (cf. également Hébreux, I, 1) :

 

Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème !

 

Saint Jean, XIV, 18, 25 (Paroles du Fils, le Verbe de Dieu incarné : cf. S. Jean, I, 14) :

 

Notre Père céleste nous a envoyé l’Esprit-Saint (Vulgate : « Spiritus sanctus ») :

 

« Je ne vous laisserez point orphelins ; je viendrai à vous. Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez, parce que je vis, et que vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, et vous en moi, et moi en vous. […] Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le Consolateur, l’Esprit-Saint, que mon Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne la donne pas comme la donne le monde. »

 

Ibid, XIV, 23 :

 

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons en lui notre demeure. »

 

S. Jean, XVII, 20-23 :

 

« Je ne prie pas pour eux seulement, mais encore pour ceux qui, par leurs paroles, croiront en moi ; afin qu’ils soient tous une seule chose, comme vous, mon Père, êtes en moi, et moi en vous ; qu’ils soient de même une seule chose en nous, et qu’ainsi le monde croie que c’est vous qui m’avez envoyé. Pour moi, je leur ai donné la gloire que vous m’avez donnée, afin qu’ils soient une seule chose, comme nous sommes une seule chose. Je suis en eux et vous en moi, afin qu’ils soient consommés dans l’unité, et que le monde connaisse que c’est vous qui m’avez envoyé, et que vous les avez aimés comme vous m’avez aimé. »

 

Épître de S. Paul aux Philippiens, IV, 13 :

 

« Je puis tout en celui qui me fortifie. »

 

Ibid., XIV, 11-14 :

Partager cet article

Repost 0
thomiste

Présentation

  • : Le Présent éternel
  • Le Présent éternel
  • : Thèse et synthèse sur la logique, la philosophie, la métaphysique, la politique, les mathématiques, la physique, la chimie, la théologie et la mystique élaborées à la lumière des premiers principes de la raison spéculative, principes immuables et éternels qui constituent les fondements du thomisme
  • Contact

Recherche

Liens